J+4, J+5: douleurs et rêves enfouis

Douleur quand tu me tiens…

Au lever ce matin, en ouvrant les volets vers 7hrs am, je constate qu’il a encore neigé. Drôlement, je me console en me remémorant que je ne suis toujours pas prête à sortir. La nuit a été dure, la douleur liée à l’extension de la jambe quand je suis en position allongé ou à demi allongé n’est vraiment pas très agréable.

Je me suis réveillé au 2, 3 heures cette nuit pour chouiner, aller aux WC, tendre ma jambe et la masser, puis finalement prendre des cachets et me recoucher. Le dernier coup ; j’ai  craqué, et j’ai puis une fiole d’acupan. Ca m’a couché, pour de bon, pendant au moins le reste de la nuit.

4e jour post opération. J’ai un peu de mal à faire mes contractions musculaires tel que demandé par le chirurgien et les kinés ; 400, ça fait beaucoup quand même ! Mais bon, dès que je glace, j’y pense, parce que c’est à ce moment que c’est moins douloureux.

Une autre infirmière ce matin, c’est une différente presque à tous les jours ! Elle m’a refait les bandelettes que j’ai tombé hier parce que j’en avais juste marre  d’avoir ces morceaux de tissus qui me serrent et me dérangent. Bon, ça achève, j’ai déjà 4 jours sur 10 de fait et j’entame le 5e jour ! Les injections ne sont pas douloureuses, c’est juste étrange comme chaque infirmière fait un peu sa vie et décide de venir quand sa lui chante. Donc dès que je décide de m’activer, par exemple ce matin, j’avais commencé ma toilette… et bien ça toque à la porte !

Pendant ces longues journée passée à la maison, j’en  profite pour faire ce que j’ai repoussé tout l’hiver… travailler sur des projets qui me tiennent à coeur! Depuis ma chute du 1er avril, beaucoup de choses se sont passé en moi… Comme vous l’avez peut-être lu dans le premier article de cette série appelée ‘’Je —Nous’’ Je mentionnais une phase difficile que j’ai eu à traverser cet hiver. Je vous en reparlerai plus en détail dans un autre article, mais tout cela pour dire que dans la vie, rien n’arrive pour rien et le changement est souvent la meilleure solution aux maux. Pas simplement un changement temporaire, le temps d’une saison ou de quelques mois, mais je parle ici d’un changement interne, intrinsèque, une sorte de … décision ou encore prise de conscience. Donc le temps depuis mon opération, comme j’ai pas mal de temps libre, je m’en sert pour travailler sur des projets et plan de vie qui me sont apparus comme étant une évidence même dans les 14 derniers jours. J’ai beaucoup cogité cet hiver, plusieurs amis et collègues ont été de bonnes oreilles pour moi et je suis certaine que le jour où j’annoncerai ces changements, ces décisions, ça risque d’en surprendre quelques uns, mais je suis à l’aise avec cette idée car… c’est ma vie, elle m’appartient et je suis la seule personne qui sait vraiment ce qui est bon pour moi.

J’aurai 35 ans cette année, j’ai longtemps rêvé de plusieurs choses et je réalise à ce jour que… Si je ne fonce pas vers mes rêves… ils ne viendront pas à moi d’eux même. Depuis mon retour à la maison, plus la douleur se fait ressentir, plus ça me ramène à l’essentielle, à ce que j’ai vraiment envie d’être et de faire… Ça me fait réaliser combien la vie est brève et à quelle vitesse tout peut changer. Ça a beau être une simple opération pour plusieurs, elle me fait traverser des phases de lucidité importante et je pense que rendu où j’étais cet hiver, ces prises de conscience et décisions qui en découleront sont inévitable! Cela me permet d’être reconnaissante envers les événements de la vie. Même s’ils ont été douloureux, je sais qu’ils ont eu lieu pour me faire franchir le pas, pour me faire prendre conscience que je n’ai qu’une vie à vivre et que la vie c’est maintenant, pas demain ni l’an prochain, pas quand je serai en couple ou que j’aurai une maison… Mais bien à travers la simplicité du quotidien…

B8BA9BFB-1494-4566-9240-54982EDE01D6

Ce qui attire le plus mon attention au 4e jour c’est la vitesse à laquelle on s’habitue de ne rien faire su r le plan physique. Et en grande active que je suis, je me surprends moi-même à réaliser à quel point mon corps a besoin de repos pour guérir. Le soir la douleur revient en force, probablement avec les endorphines… A la fin du 4e jour, ça m’a fait plus mal que tous les autres jours… Pourquoi ? Je l’ignore. Inquiète un peu, ce matin, au 5e jour la jambe est un peu moins enflée, mais la douleur due à la position pendant la nuit est remarquable. Premier réflexe, glacer le genou… Hier soir, j’ai eu mal au point de me demander si je devais retourner voir mon médecin, mais ce matin, je relativise et je vois la douleur autrement…Je vais attendre le passage de l’infirmière et lui poser quelques questions… C’est le 5e matin post opération et je n’ai toujours pas mis les pieds en dehors de chez moi… Aujourd’hui, je pense briser la glace et tenter ma chance dans les escaliers de l’immeuble où je vis. A suivre !

 

Je continue à prendre sur moi, à respirer quand ça fait très mal, la prise de cachets est inévitable hélas, mais je sais que je ne suis pas seule, j’ai de la visite à tous les jours et j’en profite parce que très bientôt, dans 9 jours exactement, la station va fermer et ensuite… tous les saisonniers vont rentrer chez eux. Sauf moi… parce que je demeure ici et parce que je dois me focaliser sur ma guérison… Je bougerai bien assez vite par la suite, quand je serai remise sur pieds… Vous en saurez plus très bientôt!

En attendant voyez de quoi a l’air mon bureau de travail ces derniers jours ! Je suis due pour un ménage de l’appartement !

IMG_4423

En vous souhaitant une belle journée !

Namaste

 

 

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire