J+3: Une nouvelle routine

Une nouvelle routine, ça, ya pas photo. Une nouvelle façon de faire les choses, ça aussi, c’est inévitable.

J+3

3 jours après le jour J. 3 jours après m’être fait opéré du genou pour le ligament croisé antérieur. Je ne sais pas pour vous, mais … la réalité est bien différente de ce que j’avais imaginé. Je n’avais pas d’attentes particulières, mais une chose à laquelle je ne m’étais pas préparé, c’est la douleur. Il est vrai qu’il n’y a pas si longtemps de cela, quand quelqu’un se faisait opérer du genou pour les croisés, il restait à l’hôpital au moins 3 jours, voir 4. Maintenant, merci à nos mode de vie ‘’fast food’ et à la vitesse grand V qui s’empare de nos emploi du temps, ça s’est fait en ambulatoire.

Donc je suis rentrée… et puis le soir même, avec la patte tendue comme un string, un beau bandage et le genou encore gelé d’une séance de cryothérapie qui a durée toute la journée, je me suis tapé la route vers chez moi, à l’Alpe d’Huez.

Le retour a été comme une claque en pleine face parce que c’est là que la douleur s’est manifestée. J’avais mal à l’hôpital, mais il y avait le drain dans ma plaie pendant une bonne partie de la journée, et puis il y avait aussi mon éternel envie de pisser qui m’a tenue occupé pendant plusieurs heures. Les cachets m’ont aidés le reste du temps à m’assoupir. Ca a passé si vite que… aussitôt que j’ai réalisé  que je n’étais pas en mesure de marcher et de mettre mon poids sur ma jambe, et bien j’étais déjà rendue chez moi.

Plusieurs personnes ont cru bon de me raconter leur parcours, mais au jour 3, je me demande s’ils se souviennent vraiment, ou bien si c’est moi qui suis chochotte parce que… personne ne m’avait parlé de cette douleur. Ces sensations si profondes et vicieuses qui donnent l’impression que la jambe va plier dans la direction opposée. Les engourdissements, la manie qu’à ma jambe de se mettre en flexum (légère flexion au niveau du creux poplité, l’arrière du genou, et qui est à éviter à tout prix !). Surtout rester dans l’axe, engager le quadriceps ! Tu parles ! ahahah

Donc depuis les 3 derniers jours, ma routine personnelle n’est plus la même. Je me réveil aux aurores, et même un peu avant. Aux alentours de 4 :00 du matin, c’est la douleur qui s’empare de mon sommeil. Je prends 2 cachets et puis je me recouche. Ça c’était ce matin ; le premier jour… j’ai essayé de voir comment ces sensations nouvelles évolueraient et donc… je n’ai pas dormis de la nuit, je me suis assoupie, mais aux deux heures environs, j’étais complètement lucide, éveillée, et ça faisait mal. Bref, c’est normal, je me suis fais opérer il y a 3 jours ! c’est ce qu’on me répond ! Mais moi… Je ne m’y attendais pas du tout ! Je dors en position assise aussi parce que la posture horizontale le donne de grand élancement au niveau du cœur, ça pulse dans ma jambe et c’est insoutenable

Vers 7 :00 encore au lit, je glace ; j’entoure mon genou dans les compresses freezesnow de l’attelle qu’on m’a obligé à acheter pour faire travailler le vendeur d’attelle et je reste là, posée dans mon lit. Je regarde par la fenêtre. Je vois la neige, le Signal, je médite ou encore comme ce matin, j’agrippe mon ordi et je me mets à écrire.

Je peux rester comme ça pendant une heure. Puis je finis par me lever, je prends mon verre de sève de bouleau, puis je fais bouillir de l’eau. Thé ou café… l’infirmière vient aux alentours de 9hrs me rendre visite ; en express est me fait une injection d’anticoagulant dans la cuisse ou le ventre (j’ai pas encore essayer le ventre, et je ne veux pas !!) elle refait mes bandelettes  de compression qui tombent constamment et se foutent de ma gueule (on dirait les jambes de mamie) ! Puis elle se barre. Asta la vista baby ! A demain ! Elle ne retire pas ses chaussures, et ça, c’est un truc qui m’exaspère. Je comprends, mais ça me gosse quand même, parce que ce n’est pas propre et ce n’est pas comme si j’étais en état pour faire le ménage !

Le jour J, mon chirurgien m’avait dit que dès le lendemain, je serais en mesure de poser mon pied par terre et d’y mettre mon poids. J’ai même des élèves en yoga qui m’ont dit qu’après quelques jours seulement, ils marchaient et avaient bazardé les béquilles…

Hier donc, j’ai eu la super idée de sortir. Et bien ça ne s’est pas fait ! Mon genou était si enflé, que même mon pied n’entrait pas dans ma sandale et le simple fait d’imaginer la descente des 45 escaliers m’a convaincue. C’était trop tôt.

Je reste à la maison. Après le passage de l’infirmière, je prends mon petit dèj ; et ensuite c’est le défi de la toilette. J’ai une baignoire, alors comment vous dire… c’est galère. Ma jambe ne plie toujours pas donc je n’ose pas grimper dans la baignoire et risquer de glisser ou de me faire mal. Le bandage doit également rester au sec et donc… je me lave au gant depuis lundi. Je dois me laver les cheveux aujourd’hui, je pense que je vais me jeter à l’eau et voir ce que ça donne mais… ça risque d’être sport.

Ensuite, je range un minimum mon petit chez moi ; c’est plus simple de tout ranger au fur et à mesure, mais les copains qui sont venus m’aider depuis lundi n’était pas nécessairement dans cet état d’esprit et moi-même le soir, quand je n’ai qu’une envie, celle de me glisser sous la couette, ça ne me donne pas le goût de ranger la vaisselle et les habits qui traînent ici et là.

Ce soir, c’est le repas de fin de saison de mon employeur. C’est simple, je n’irai pas. Il y a quelques semaines, j’avais imaginé qu’on pourrait me porter, je m’étais vue assise avec mes collègues et copines à table à rire et partager un bon moment, mais … depuis la semaine dernière, depuis cette chute du 1er avril, un déclic s’est fait en moi et j’ai su que c’était fini. Ma saison, mais aussi les sorties. Ceux qui m’apprécient sont les bienvenus chez moi, d’ailleurs j’ai eu de la visite les 3 derniers soirs et ça fait plaisir ! Mais pour le moment, je suis confiné chez moi et ce n’est pas plus mal car dans cet espace, j’arrive à gérer la douleur, à la canaliser et je peux aussi vraiment me reposer et me remettre de cette opération.

Donc J+3… Honnêtement c’est encore frais ; ce n’est que le début ; mes plaies sont probablement entrain de commencer à cicatriser parce que ça gratte sous le bandage, mais voilà, je reste sage. Quelle idée j’ai eu d’acheter ces tablettes de chocolat avant l’opération ! Je ne bouge pas beaucoup alors je vais devoir faire gaffe à ce que je mange si je ne veux pas prendre 10 kilos en deux semaines !

Pendant le jour j’ai du temps pour ne rien faire, mais comme je ne suis pas habitué à cela, et bien je prévois mon été ; comme j’en parlais dans mon article d’hier, et via les réseaux sociaux, de grands changements sont dans les airs, j’ai des envies nouvelles, de grosses remises en question. Je me questionne vraiment sur mon chemin de vie. J’ai toujours rêvé de vivre en Asie, de partir sans avoir à revenir… Les saisons d’hiver étaient pour moi comme une obligation de rentrer, d’avoir la moitié de l’année, une vie normale… Mais dans les dernières années, cette vie normale m’a fait tellement souffrir… Aujourd’hui je me questionne sur la nécessité d’avoir une vie normale… Et si je me lançais?  Je ne souhaite rien précipiter, mais plutôt simplement laisser les messages et les indices venir à moi. Que ce soit lorsque je médite, ou bien lorsque mon regard se perd par la fenêtre… Je sais au fond de moi que quelque chose de nouveau se prépare. Au fur et à mesure que je laisse aller, simplement les réponses viennent, j’ai des flashs, des inspirations qui me motivent et me donne courage et espoir pour la suite. Je n’ai plus envie de batailler. De me convaincre moi-même que je devrais faire si ou ça pour rentrer dans un moule qui après tout, ne me correspond peut-être pas. Ça fait 2 hivers que j’en chie, c’est peut-être le temps de passer enfin à autre chose. Dans tous les cas, j’ai envie de bien faire les choses, alors je prends mon temps.

et vous? est-ce que vous prenez le temps de vivre? Prenez-vous le temps de vous poser les bonnes questions? et surtout, prenez-vous le temps de laisser les réponses venir d’elles-mêmes…

Sur ce je vous souhaite une belle journée où que vous soyez !

 

 

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire